deutsch
english
francais
italiano
espanol
Photo
francais
1863-2013: anniversaire de BAYER
Manifestation devant une usine de Bayer contre les pesticides
Bayer à Paris

Coordination contre les méfaits de Bayer

Com. de Presse: "BAYER doit reconnaître ses responsabilités dans les horreurs de 14-18"

Dernières actualités: PCB: Monsanto et BAYER doivent répondre des intoxications++++ Brevets OGM: Bayer à la première place en Europe++++ Pas de médicaments pour les Indiens mais pour ceux qui peuvent les payer++++ XARELTO: alerte sur des médicaments anticoagulants ++++

Aidez-nous à continuer notre travail

NOVETHIC, No 74: Une ONG contre Bayer Depuis plus de 30 ans, la "Coordination contre les méfaits de Bayer", basée à Düsseldorf, non loin du siège de l'entreprise, passe au crible les activités de la multinationale allemande, premier producteur d'OGM en Europe. Née d'un mouvement de protestation suite à la pollution par Bayer de la rivière Wupper, la Coordination a depuis élargi ses activités. Elle alerte l'opinion publique, allemande et internationale, sur les dangers liés aux produits fabriqués par Bayer, recense des informations, parfois confidentielles, sur la multinationale, organise et coordonne en partenariat avec d'autres ONG des actions de protestation, notamment dans les pays en voie de développement. Enfin, elle intervient directement lors des assemblées d'actionnaires.

Depuis les années 70, la Coordination contre les méfaits de Bayer (en allemand Coordination gegen BAYER-Gefahren/CBG), rend compte des problèmes et des dangers engendrés par la multinationale de l’industrie chimique et pharmaceutique. Par son nom, BAYER évoque une multitude de problèmes: pesticides dangereux, médicaments inutilisables, risques au niveau de la production dans les pays en voie de développement, passé inassumé lié à l’IG Farben, produits sanguins contaminés par le virus du SIDA, technologie génétique, émissions de produits toxiques dans l’air et l’eau, etc.

Durant le IIIe Reich, l’IG Farben regroupait toutes les entreprises chimiques allemandes et était la plus grande entreprise d’Europe. Elle tira profit des crimes commis par les nazis.

Au sein de la CBG se retrouvent environ 1000 personnes et organisations, qu’elles soient concernées ou victimes, habitantes de zones proches des usines, journalistes ou savants. Elles veulent contrecarrer le puissant groupe. Chaque année, elles se rendent à l’assemblée d’actionnaires de BAYER et y exposent leurs critiques devant plusieurs milliers d’actionnaires. De plus, au cours d’un procès spectaculaire, la CBG a gagné contre BAYER devant le tribunal constitutionnel allemand. En 1991, Bayer avait porté plainte contre un trac critique de la CBG. La valeur du litige s’élevant à 500 000 marks, le passage devant chaque instance coûta plusieurs dizaines de milliers de marks, ce qui aurait ruiné toute personne privée. Finalement, le tribunal constitutionnel a pris une décision en faveur de la CBG et du droit des associations, ce qui fait jurisprudence aujourd’hui en Allemagne.

Un touche à tout

Il n’existe pas un pays du globe où BAYER n’ait pas d’activités. Les anciennes maisons-soeurs de l’IG Farben BASF, BAYER et AVENTIS dominent le marché allemand et l’industrie chimique européenne. Leur chiffre d’affaires commun dépasse 80 milliards d’euros. Il faut y ajouter un empire constitué de participations à d’autres entreprises ainsi que d’entreprises sous-traitantes. Au début de l’année 2002, BAYER a repris AVENTIS CROPSCIENCE pour la somme de 7 milliards d’euros. Cette acquisition, qui est la plus importante de l’histoire des multinationales, fait de BAYER la plus grande entreprise de technologie génétique d’Europe et le deuxième producteur de pesticides du monde.

Aucun gouvernement, aucun homme politique et aucune institution ne peut se permettre d’ignorer cette puissance. Aucune instance nationale ou internationale ne peut contrôler efficacement des multinationales telles que BAYER ou même s’opposer à des produits ou des procédés de production dangereux. La catastrophe de Bhopal en Inde nous a appris que les dangers des grandes unités de production chimique ne sont comparables qu’à ceux de l’industrie nucléaire. Dans cet ordre d’idée, critiquer BAYER constitue toujours une critique fondamentale des multinationales dans leur ensemble et de l’industrie chimique en particulier.

D’Aspirine à Zyklon B

L’histoire de BAYER qui remonte au 19e siècle n’est pas seulement associée à des produits tels que l’aspirine. Le groupe est également synonyme de gaz asphyxiants et de combat, de “médicaments” tels que l’héroïne (une marque déposée par BAYER), de produits chimiques extrêmement toxiques comme le phosgène et de la dissémination de pesticides dans le monde entier. Quand ses profits en dépendent, ce groupe n’hésite pas à collaborer avec des dictateurs et des criminels de guerre qui vont de Hitler à Pinochet. Lors de la Première Guerre mondiale, Carl Duisberg, le chef de BAYER, défendit le concept de travail forcé. En effet, c’est lui qui a inventé les travaux forcés avec des prisonniers de guerre. Sur sa proposition, on déporta plusieurs milliers de Belges qui devaient travailler dans l’industrie chimique. Ce projet fut abandonné en raison d’une grève et des réactions suscitées au niveau international. Ce ne fut que partie remise. Durant la Seconde Guerre mondiale, ce concept a connu son degré extrême de perversion dans le génocide commis au camp de concentration de Monowitz (Auschwitz III), appartenant au groupe de l’IG Farben. L’IG Farben a profité de 300 000 travailleurs forcés réduits à l’esclavage. Sur le chantier du camp de Monowitz, 30 000 personnes ont trouvé la mort. Du fait de sa participation à la préparation des deux Guerres mondiales, la preuve de la culpabilité du groupe n’est plus à faire.

Solidaire face à la puissance d’une multinationale

La CBG oppose avec succès aux dangers globaux et à la toute-puissance apparente de BAYER des actions, des informations et une solidarité qui va au-delà des frontières. Nous coopérons avec des partenaires de 46 pays.

Le but de notre travail est

de rendre la politique du groupe transparente et d’informer sur les disfonctionnements des usines du monde entier;
d’aider les personnes concernées ou victimes;
d’obtenir des améliorations et d’élaborer des solutions alternatives;
d’imposer que la protection de l’environnement, les droits de l’homme et la sécurité au niveau social soient respectés dans les entreprises du groupe.

Nous publions régulièrement le magazine STICHWORT BAYER en allemand et la circulaire KEYCODE BAYER en anglais. Envoyez-nous un message, si vous désirez recevoir KEYCODE BAYER régulièrement par mail ou si vous avez besoin de plus amples informations.

Nos modes d’action

Depuis 1982, c’en est fini du calme qui régnait lors des assemblées annuelles d’actionnaires de BAYER se déroulant à Cologne. Munis des procurations des petits actionnaires, les «actionnaires critiques de BAYER» confrontent les dirigeants du groupes, les banques et les gros actionnaires au revers des profits réalisés. Pour ce, la tradition veut que nous invitions des intervenants du monde entier afin qu’ils prennent la parole. Voici une nouvelle forme de solidarité internationale.

Coordination contre les méfaits de Bayer
Postfach 15 04 18
D-40081 Duesseldorf
Allemagne

tél:
fax: 00 49 2 11 33 39 40
e-mail: CBGnetwork@aol.com

CONSEIL CONSULTATIF
Prof. Dr. Jürgen Rochlitz, chimiste, ancien député au Bundestag, Berlin
Eva Bulling-Schröter, députée au Bundestag, Berlin
Dr. Sigrid Müller, pharmacologue, Brême
Prof. Dr. Anton Schneider, biologiste, Neubeuern
Prof. Jürgen Junginger, designer, Krefeld
Dr. Erika Abczynski, pédiatre, Dormagen
Dr. Janis Schmelzer, historien, Berlin
Wolfram Esche, avocat, Cologne
Prof. Rainer Roth, Francfort

Dorothee Sölle, théologienne, Hambourg (décédée en 2003)

Notre travail sur le plan international coûte cher. Vous pouvez nous apporter votre soutien financier et nous faire un don en effectuant un virement. Il vous suffit pour cela d'indiquer le BIC (ou SWIFT) et l'IBAN.

Bénéficiaire: CBG
N° de compte: 8016 533 000
Banque: GLS Gemeinschaftsbank
Code banque: 430 609 67

BIC/SWIFT: GENODEF1ETK (Bank Identifier Code)
IBAN: DE94830944950003199991 (International Bank Account Number)

Rétrospectives de nos actions et des résultats obtenus:

1983: Organisation du tribunal international de l’eau à Rotterdam.

1984: Première prise de parole des «actionnaires critiques» lors d’une assemblée générale d’actionnaires de BAYER.

1985: La CBG dévoile que le pesticide NEMACUR est l’un des responsables du «syndrome de l’huile toxique» ayant entraîné la mort de plusieurs centaines de personnes en Espagne.

http://sexopsy.stcom.net/Therapie/PolitiqueSante/syndrome_de_l.htm

1986: Action commune de CGB et Greenpeace à Anvers. BAYER renonce à déverser des effluents souffrés chargés de métaux lourds dans la Mer du Nord en raison des protestations.

1987: Action de protestation contre la plus grande décharge européenne de produits nocifs dans la Dhünnaue de Leverkusen. La Dhünnaue se trouve à côté de l’usine et du siège social de BAYER. Pendant des décennies y ont été stockés des déchets toxiques.

1988: Campagne contre l’exploitation et la privation de droits touchant des travailleuses et travailleurs péruviens; BAYER est contraint de réembaucher les syndicalistes licenciés.

1990: Lutte contre le pesticide LEBAYCID sur l’île grecque de Paxos. Le maire remercie la CBG.

1991: Victoire retentissante de la CBG contre BAYER devant le tribunal constitutionnel allemand. L’entreprise n’a pas réussi à intimider ses opposants.

1992: Campagne de la CBG contre la situation inhumaine et mortelle dans la filiale de BAYER Chrome Chemicals en Afrique du Sud. La télévision allemande fait un reportage détaillé sur la situation.

1993: Des cueilleuses et cueilleurs de fleurs colombiens participent à l’assemblée d’actionnaires de BAYER et s’opposent à l’utilisation de pesticides.

1994: Action contre la contamination intentionnelle d’hémophiles avec des médicaments contaminés par le virus du SIDA. Parution d’un dossier intitulé «Der Tod aus dem BAYER-Labor» (La mort venue des laboratoires BAYER).

1995: Début de la campagne «Nie wieder!» (Plus jamais ça!) pour l’indemnisation des anciens travailleurs forcés de l’IG FARBEN. Plus de 5000 personnes et plusieurs partis soutiennent notre appel.

1996: Pour la première fois dans l’histoire des sociétés par action, CBG peut, avec l’aide d’un gros actionnaire, obtenir que des thèmes axés sur l’écologie soient mis à l’ordre du jour de l’assemblée d’actionnaires.

1997: Après un accident à l’usine BAYER de Dormagen, la CBG démarre une campagne contre les dangers des incidents dans les usines chimiques.

1998: La construction d’une usine BAYER extrêmement dangereuse à Taichung/Taiwan peut être empêchée grâce au travail de coopération réalisé avec un comité de défense des citoyens taiwanais.

1999: Près de l’usine BAYER de Leverkusen, la CBG organise une manifestation contre les pesticides et les OGN à laquelle participent 500 ouvriers agricoles indiens.

2000: Lors de l’assemblée d’actionnaires de BAYER, des paysans hollandais protestent avec la CBG contre la contamination de milliers de bovins due à un vaccin de BAYER.

2001: La CBG lance une campagne qui s’attaque au financement de la guerre civile congolaise par des achats de matières premières venant de cette région.

2001: Le médicament Lipobay/Baycol entraîne la mort de 100 personnes. La CBG lance une campagne contre les médicaments dangereux et superflus.

Il faut agir contre la toute-puissance des grands groupes.
C’est ce que nous faisons!